kontractors paintball team Index du Forum
kontractors paintball team
Equipe de paintball KONTRACTORS
 
kontractors paintball team Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
:: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    kontractors paintball team Index du Forum -> kontractors paintball team -> Calendrier
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:05 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant





13 Août 2012 : 13h00

Je m'appelle Eric Belkiediev, je suis d'origine Russe, bien qu'ayant toujours vécu en France.
J'ai 43 ans et je suis Ethnologue.
Je ne sais pas pourquoi j'écris ces mots au début de ce journal, mais depuis que j'ai décidé d'étudier et de rencontrer le peuple Chiite, j'ai comme une mauvaise impression. Comme si je devais écrire ces mots pour me protéger ou pour laisser une trace, c'est la première fois que cela m'arrive.

43 ans c'est un peu tôt pour faire son testament ... Mais peux être une envie d'écrire ... écrire un livre pourquoi pas...


Les Chiites 



Depuis toujours je m'interesse aux minorités, Et les Chiites sont pour mois un peuple intriguant.
Dissidant de l'Islam extrémiste tel qu'on la connaît, Je pense que leurs idéologies pourraient représenter une "évolution" de l'Islam. Une "évolution" moins radicale que les idées extrémistes des Insurgés.

Mais en tant qu'Ethnologue je me dois de garder mon esprit de synthèse impartiale.
J'ai choisis le Nord du Liban, en cherchant un peu je devrais y trouver des représentants d'une branche encore plus rare des Chiites qui sont les Alouites.

Le Liban est en guerre, Sylvia une amie photographe y est déjà, dans l'un de ses derniers mails elle me dit avoir trouvé un guide qui pourrait me faire rencontrer ce peuple.




> photo que j'ai pris de Sylvia en reportage en Egypte


J'ai décidé de tenir ce journal par mail et de poster ici. 
J'espère que jour après jour je pourrait rapporter ce que je verrais et étudierais.

J'attend des nouvelles de la part de Sylvia (la belle Sylvia), elle me dit pourvoir me faire entrer facilement, quand ? Je ne sais pas....


Elle m'a prévenu, quand il faudra bouger, il faudra bouger vite.
Je pense que ce sera soit fin de semaine, soit début de semaine prochaine.


E.B. 
_________________


Dernière édition par Acxell le Lun 27 Aoû - 21:16 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:05 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:06 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Mardi 14 Août 2012 - 10h00

J'ai reçu un mail de Sylvia ce matin. Elle s'est débrouiller pour me faire venir pour l'aider, je serais donc officiellement son assistant.
Je dois partir avec le prochain chargement de médicament pour un poste avancé de Médecin sans Frontière dans un camp de réfugiés... je ne savait pas qu'il y avait un camp de réfugié.

Sylvia me dit, que la presse internationale ne dit pratiquement rien sur la réalité des événements là-bas. Elle aurait envoyé des éléments à sa rédaction qui ne seraient jamais arrivés ... Elle m'a fait passer une photo par mail et m'a demandé de la mettre sur une clé usb et de la porter à son redac chef, je lui doit bien ça.

> Voici la photo en question



> Des réfugiés faisant la queue pour avoir un peu d'eau

Elle y ajoute le texte ci-dessous


Citation
Le camps de réfugiés palestiniens au nord du Liban est considéré comme le pire des camps de réfugiés de tout les temps en termes de pauvreté, de santé, d'éducation et des conditions de vie.




Je dois être contacté par le Ministère des Affaires Etrangère pour la paperasse, par un certain Mr Valls, une connaissance de Sylvia, je devrais certainement m'y rendre pour ma carte de presse. (ça aussi ça devrait être arrangé)


Le conflit semble grossir, les forces internationales ce sont unient pour former une Coalition.
Sur place pour le moment ce sont les Insurgés, des Islamistes radicaux qui font la lois. Ils attaquent visiblement sans raison les villageois et les forces pacifiques en place. Ils veulent sans aucun doute imposer leurs idées par la forces, rien de nouveau dans tout ça....

Aux infos ce matin, la speakerine parlait du déploiement du porte avion Charles de Gaulle et d'un renfort de l'aviation US.
Et si ça c'est juste une toute petite partie de la réalité, je n'ose imaginer ce que ça doit être.
Je ne pense pas que les Insurgés reculeront maintenant, la guerre semble inévitable.





Sur un blogue je lisais ce matin que les forces de la Coalition s'étaient baptisée l'armée du Drapeau Bleu. Un espèce de clein d'oeil ou de moquerie envers les insurgés qui porte souvent du rouge sur leur tenue. Aussi il n'est pas rare de voir un soldat de la coalition porté du bleu, c'est devenu presque un symbole, un espèce de porte bonheur.



J'espère que je pourrais passer au milieu de ce bordel et surtout revenir en un seul morceaux ...



E.B. 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:06 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Samedi 18 Août - 10h15

Il se passe de drôles de choses, je n'avais pas prévu de poster, mais ...

Mercredi en allant à la rédaction de Sylvia, porter sa photo et son texte sur clé USB, j'ai eu l'impression d'être suivis !

Je ne sais pas si c'est à cause du mail de Sylvia, qui me disait qu'elle avait l'impression que ses mails n'arrivaient pas à destination.
Mais cette grosse berline noire m'a suivis longtemps. Exactement comme dans les films, grosse, noire, vitres teintées ...

Je l'avais déjà oubliée le lendemain matin.
Installé dans la cuisine devant mon café noir, ma clope à la main, j'entend qu'on frappe à la porte.

Je vais ouvrir et là rien !
Rien, qu'une enveloppe posée sur mon paillasson.
Je l'ouvre aussitôt et là je découvre ma carte de presse !!!!



Comment avait-on eu mon adresse, qui ? Pourquoi ? Que me voulait cette grosse berline ?



Ce matin, mon gsm sonne, je décroche :

-"Hallo ?"

une voix me répond :

-" Lundi 15H00, rendez-vous au 8, rue Saint Sabin. Une fois là-bas montrez votre carte de presse à l'accueil, venez équipé"

et puis sa raccroche.

Une rapide recherche sur internet et je trouve que cette adresse est le siège de Médecin sans Frontière.
Mais pourquoi autant de mystère ?


Je me rassure en me disant que c'est sans aucun doute ce Mr Valls ... enfin je ne sais pas.
La seule chose que je sais, c'est que le départ est proche.


E.B. 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:06 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Lundi 20 Août - 17H00

J'aime bien tout contrôler, et là je ne contrôle rien.
Tout ce passe très vite ...

J'écris ces mots depuis la Base Aérienne 107 Villacoublay

J'attend assis juste à côtés du tarmac. L'officier qui m'a accueillis ne m'a pas posé de question il a juste regardé ma carte de presse et m'a demandé d'attendre là.
L'avion que je dois prendre porte les différents drapeaux des pays de la coalition. Tout est calme, aucune précipitation. Il y aura quelques soldats avec moi, sans doute des gars qui reviennent de permission. A ce que j'ai pu voir leurs équipements me semble très moderne.



> photo prise avec mon gsm


A 15h00 je me suis donc rendu au siège de Médecin sans frontière.
Là j'y ai rencontré le chargé de liaison s'occupant de cet acheminement.
Il m'expliquait que les médicaments était une richesse là-bas et qu'ils faisaient l'objet d'un marché noir.
Et qu'en fait, je m'apprétais à m'envoler avec une cargaison d'or ... je dois avouer que ça ne m'a pas rassuré ...
Ce qui me surprend c'est que je suis seul depuis le trajet pour venir ici, seul avec cette palette de lingots d'or ...
Un peu comme si j'était moi aussi juste un objet à transporter là-bas.


La prochaine fois que j'écrirais, je serais là-bas. Je ne sais pas exactement où, on m'a fait comprendre, qu'il ne fallait pas poser trop de question, qu'on avait pas forcément le temps de me répondre et que les réponses viendrais, une fois là-bas.




J'espère juste que le vol ne sera pas trop dure... Je n'ai plus de nouvelle de Sylvia ...




E.B. 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:07 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Mardi 21 Août - 18h00


Je prend quelques petites minutes pour écrire,
Je suis très fatigué du voyage, je n'ai pratiquement pas dormis depuis la veille de mon départ.


Je suis arrivé dans la nuit.
J'ai du attendre dans une tente de voir l'officier de la base où nous avons atterrit.
J'ai attendu de longue minutes, et puis Sylvia est entrée. Nous avons discuté longuement, elle semble si fatiguée, ses beaux yeux verts ont perdu leur couleur, tout ici est presque noir et blanc ... c'est peux-être la fatigue. Elle ma sérée dans ses bras et ma dit que c'était bien que je sois là et que surtout je devais être très prudent. J'ai vu des larmes dans ses yeux. Cela ne lui ressemble pas.

Sa fait du bien de la revoir, et de pouvoir discuter avec quelqu'un. 
Elle est sortis de la tante et est revenu quelques instant après, accompagnée de l'officier que j'attendais.
Et là rebelotte, il a regardé ma carte de presse, puis m'a regardé, pour ensuite cocher une case sur une liste qu'il avait sur son bureau.
Pour finir il m'a juste dit :

- "Vous ici, vous n'êtes qu'un touriste, alors tachez d'écouter ce que vous dira votre responsable et ne venez pas nous casser les couilles avec vos questions de journaliste".

Au moins c'était claire.



Ensuite
Je suis partis dormir un peu dans une tente prévu à cet effet. Mais quel bruit ! Rien à voir avec le calme de la base Française.
Des avions arrivent sans cesse ici. J'ai du dormir une petite heure.

Sylvia est venu me chercher au petit matin, nous avons déjeuné au mess des officiers, c'est pratique une carte de presse en fait ...



Elle m'a expliqué que le convoi de marchandise partait demain matin, pour le camp de réfugié situé à environ 70km au sud.
Nous serons alors qu'à environ 30 km de Beyrouth.

Puis elle m'a présenté un ami à elle, un dénommé Jacek, un légionnaire d'origine Polonaise avec un accent comme dans les films.
Le genre de personnage qui faut mieux avoir comme amis ... 

Elle lui a demandé de me faire visiter la base ...


Il m'a dit d'aller me reposer un peu et qu'il viendrais me chercher.


Il semble m'apprécier, même s'il m'appelle le Ruskov ...



E.B. 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:07 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Mardi 21 Août - 19h30


Quelle visite !

Jacek est chargé avec son bataillon de sécuriser la base.

En fait il m'expliquait avec son accent à couper au couteaux qu'il creusait des tranchés de 3m de long sur 2m de profondeur et de 2m de large. La terre retirée était mise devant, un peu comme une bute (à ce que j'ai compris), au fond il pose des mines. Comme ça si un véhicule (même blindé) tante de forcer le passage ... on imagine la suite.

Il me disait donc, que la base était très sure.
Là, j'écris ces lignes sur le toit d'un des postes de défense. Jacek et un de ses camarade son assis là avec moi.


Il viens de me dire : -" Hey ! Eriqeu, tu veux binouse ?"

J'ai accepté poliment. J'ai l'impression que je les fait rire a tapoter sur mon ordinateur ... Alors je ris avec eux.


Il me disait encore :

- "Tu sais Eriqeu (je sais pas pour quoi il met un "eu" toujours à la fin de mon prénom), ici, c'est simple. Nous on travail, pour ceux qui veulent pétrole. Et pétrole c'est insurgés qui ont. Quand tu comprendres ça, tu comprendres tout !



Ils leur arrive rarement de se servir de leur M240.
Il me disait que c'était leur quotidien. Que le soir, quand ils étaient de garde, ils regardaient au loin les lumières filantes des balles traçantes, avec leur stock de "binouse"
Il disait que c'était un bon travail et que c'était largement mieux que l'Afrique, car ça sent meilleure ... Et encore je traduis avec mes mots ...



Le ciel est rouge, le temps semble s'allonger à mesure que les couleurs brûlent.
Mes deux compères échangent des blagues salaces avec leur français à eux avec des rires massifs, rien ne semble être grave dans cette situation à leur yeux.

C'est peux être ça la déformation professionnel ...



E.B. 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:07 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Oh mon dieu ! Que m'arrive t'il.
Ils l'ont tué !!!! Sylvia est morte !!!

J'ai une sale bléssure à la jambe, je me suis fait un garot. J'ai mal ! mon dieu que j'ai mal !

Je vais certainement mourir.

Je voulais juste dire à ma famille que je les aime, je les aime tous !!!

Je dois me cacher, trouver un abris. je vious en pris dseigneur aidez mpoi !!!! 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:08 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Mercredi 22 Août - 18h42



Par chance j'ai pu trouver un petit abris au pied de grosses roches.
Je dessert mon un garrot de temps en temps, mes connaissances rudimentaires en médecine m'aident beaucoup.
J'espère pouvoir trouver de l'eau je dois m'hydrater, ma gourde est presque vide. Ma blessure semble moins grave que je croyais, pour la simple et bonne raison que je suis toujours en vie.
Je crois que je suis en sécurité ici, personne ne m'a suivis, je suis seul avec la douleur.


Je dois raconter ce qu'il c'est passé :

Ce matin nous sommes monté dans le camion avec les médicaments en direction du camps de réfugiés.
70kms de pistes défoncées autant dire que nous allions rouler une bonne partie de la journée.

Nous étions Sylvia, moi et quatre soldats entassés à l'arrière, sur le plateau du camion débâché. Nous avons passé les 2 premières heures à papoter.
Je regardais le paysage et Sylvia prenait des photos des militaires et du petit blindé léger qui roulait tantôt devant nous, tantôt derrière.



Je Commençais à somnoler, je suivait des yeux le blindé nous remonter pour nous doubler. Quand je l'ai vue devant les roues de notre camion.


Une petite fille, l'aire terrorisé... tout c'est passé tellement vite ! Mon dieu ! Je me souviens de ses yeux !


Je me rappelle me dire : -" que fait-elle là, cette petite"

Et puis j'ai remarqué son écharpe rouge.

Là j'ai regardé les soldat à côtés de moi, en portant ma main à la bouche, comme un enfant qui rapporte la bêtise d'un autre, ils la regardaient eux aussi.

Je n'ai rien entendu de plus que ce qu'a dit le soldat à côtés de moi :

-" Oh putain ! Les enculés, les enculéééééés !!!!"


Et puis j'ai vu volé en éclat le petit blindé. Les soldats tiraient vers la forêt, je n'entendis même pas le bruit des coups de feux, rien qu'un : "Tiiiiiiiiiiiiiiiiiii...."
Syvia se pencha pour prendre une photo et je sentis son corps perdre la vie en une fraction de seconde, elle tomba sur moi le visage en sang.

Puis le ralentis c'est accéléré, je sentis comme des éclaboussures, je vis les corps de deux des soldats tomber, puis l'un deux me pris par le bras pour me jeter du camion. La seconde d'après je courais vers les bois. Je n'ai même pas sentis la balle me transpercer la cuisse.


J'ai couru, couru, couru encore, et puis mes poumons brûlant m'ont rappelé la douleur, tout mon corps hurlait de douleur.

Je me rappelle être tombé et puis plus rien, j'ai cru mourir.



J'espère survivre, avec les quelques éléments de mon sac à dos. Si seulement on pouvait me retrouver avec le satellite par lequel j'émet ce message.

C'est sans doute le stress, mais tout ça me fait penser aux émissions de Bear Gryls, et ça me fait rire, est-ce que je commence à délirer ?

Je pense que l'or des médicaments est déjà loin.



Je dois m'éloigner encore... j'ai soif ...



E.B. 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:09 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

J'ai passé la nuit.
Ma blessure n'est pas belle mais ça ne saigne plus.
Je me suis fais un feu, et j'ai mangé deux barres de céréales, il ne m'en reste qu'une ...

Je n'ai plus d'eau depuis hier soir, ça va se compliquer. Je sent déjà les effets de la déshydratation.

Je ne sais pas si c'est la fatigue, un mauvais rêve ou ma blessure...

Mais cette nuit, j'ai entendu un drôle de bruit plusieurs fois.
Une sorte de cor de chasse.


J'ai décidé d'aller vers ce bruit ce matin, même si je me demande si c'était bien réel ... 
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 21:17 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

en résumé rapide , nous avons :

- une photographe décédée.
- un Ethnologue porté disparu (vu l'embuscade et les pertes, les soldats ne sont pas censé savoir qu'Eric est blessé puisque sa blessure est survenu pendant sa fuite,seul son journal nous le dit) 
- La force de la Coalition qui contrôle les médicaments,
- les insurgés qui contrôle le pétrole,
- et donc par élimination les rebelles sont blindés de munitions. 


Pourquoi je dis ça ?


voici le copier/coller d'une partie de la page de fort paint sur le MPC2 :


Les ressources disponibles sur le terrain:

En plus d'une guerre d’expansion territoriale, les différentes factions vont devoir faire face au besoin de leurs troupes en pétrole, médicaments et munitions.
Elles seront utiliser comme monnaies d'échanges.
Les trois factions auront en abondance une seule des trois ressources, elles devront donc se battre ou négocier pour obtenir les deux autres ressources.
_________________


Revenir en haut
Acxell


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 110
Localisation: Montcy notre Dame

MessagePosté le: Mer 29 Aoû - 21:28 (2012)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT - Répondre en citant

Mardi 28 Août - 17h30


Je tiens tout d'abord à rassurer mes proches.
Je ne suis pas mort, vue que j'écris ces lignes.
Mais je vais même plutôt bien, et j'en suis le premier surpris...


Jeudi dernier, je me suis donc mis en route vers ce bruit de cor de chasse.
J'ai marché quelques heures, je souffrais beaucoup et n'avais plus d'eau.
Je pense que j'avais de la fièvre, je ne sais pas combien de distance j'ai pu couvrir.

J'était à la recherche d'un moyen de m'hydrater quand j'ai été pris par un piège.
En une fraction de seconde, je me suis retrouvé les deux pieds attachés, la tête en bas à 1m50 du sol.

Puis j'ai perdu connaissance …




J'ai fait comme un rêve.
Dans le noir je ne voyais que des visages inhumains flotter dans le vide.
Une voix me guidait par un chant régulier. Parfois je me sentais tomber, et à ces moments là, je n'étais que douleur.
Sylvia était là et me terrifiait !
Et puis la voix m'appelait, une voix d'homme, qui disait des mots que je ne comprenais pas, un espèce d'ancien dialecte Arabe.
Quand je l'écoutais, je sortait du noir et n'avais plus mal. Je voyais alors un visage peint de blanc, avec un espèce de sourire stylisé faisant penser à un crâne souriant.

Et puis plus rien, encore …






Je me suis réveillé alors, dans une espèce de hutte. J'entendais le bruit d'enfants dehors.
Je voyais le soleil passer au travers du toit, formant des rayons lumineux et faisant danser de petites particules de poussières
Tout était calme, je n'avait plus mal. Une vieille femme me regardait, elle me sourit se leva et sortis.

Quelques minutes plus tard on viens me chercher.

Et là je fis une rencontre qui changea ma vision des choses...







Une fois dehors il me fallu quelques secondes pour m'habituer à la lumière. Je me rendis compte alors que j'avais été recueillis par une espèce de tribus.
De petites huttes faites de branches, de toiles, de bâche, de peaux de chèvres était disposées sous les arbres.
On m'accompagna à l'une d'elle, plus grande et ornée de motifs blancs.
Des enfants me tournaient autour en riant. Ils avaient le front peint en blanc.


Une fois de plus je me retrouvais dans l'obscurité.
L'atmosphère de cette grande hutte était vaporeuse. Fumeuse même je dirais, je reconnu l'odeur du Haschich, mélangé avec d'autres plantes comme la sauge rouge et d'autre encore que je ne connaissais pas.

Là au centre flottait un visage phosphorescent.

Il s'adressa à moi, dans ma langue !

- »Que l'homme qui est venu se battre sans arme s'assoie »



Je compris qu'il s'agissait de moi et j'obéis aussitôt.


Après quelques secondes d'adaptation mes yeux distinguèrent que ce visage était bien rattaché à un corps … Je vis un deuxième homme derrière et je reconnu le visage qui m'avait accompagné dans la souffrance. Je compris alors, que cet homme m'avait soigné.


L'homme au masque phosphorescent, était assis en tailleurs devant moi et tenais un fusil sur ses genoux.


- »Je suis SüG, chef de ce village et chef de ce clan , nous sommes ceux que tu cherchais.
Voici notre Shaman, Barjack, c'est lui qui t'a tiré de l'obscurité »

SüG me parla alors longuement, et j'ai eu depuis le loisir de discuter avec cet homme qui est à mis chemin du philosophe et du féroce guerrier.

Voici un portrait que j'ai fait de lui.








Il m'expliquait que son clan était contre les idéaux des insurgés, même si parfois il pouvait les comprendre. Que lui et ses hommes s'occupaient des victimes de ce conflit. Qu'ils recherchaient avant tout des médicaments pour les villageois et pour les siens.
Je l'intéressa beaucoup quand je lui dit ce qu'il y avait dans le camion au moment de l'attaque.
Il me parla aussi de Sylvia, il me dit qu'il ne fallait pas que je culpabilise et qu'elle avait un autre type de missions maintenant.
Je compris que cet homme savait beaucoup de chose …



Il me parla aussi de la coalition, et me fis penser à mes amis légionnaires de la base, en disant que la coalition n'était là que pour le pétrole. Et que cette force aveugle et surpuissante ne voyait que ça devant elle, écrasant tout ce que se présentait pour l'en empêcher …



Ce matin en me promenant dans le village avec SüG, je remarqua qu'il avait une sorte de cor de chasse accroché à la taille. Je lui expliqua que c'est ça qui m'avait guidé ici. Il sourit et me répondis :

- »C'est Allah qui t'a guidé ici »

Quelques instant plus tard je vis apparaître un des guerriers du clan parmi le feuillage. Il s'approcha et SüG me le présenta.

- »Voici Bumker, l'un de mes généraux. Je crois qu'il a quelque chose pour toi. Continues ce que tu fais, tu nous aides plus que tu le crois, en parlant de ce qui ce passe ici »

Bumker me donna mon sac à dos et me dit :

- » C'est moi et Hornet qui t'avons trouvé , soit le bienvenue ici »

Puis nous nous sommes rendu, à la grande tente pour boire le thé.



C'est ainsi que je peux poster de nouveau. Tout mon matériel était intact.

Voilà mon histoire. Je vais donc pouvoir étudier ce peuple comme je le souhaitais et continuerais à poster mon travail ici.


Quelque chose me dit que tout ça ne fait que commencer.


Je ne peux m'empêcher de penser que Sylvia n'y était pour rien dans tout ça, elle me manque tellement.



E. B. 
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:06 (2017)    Sujet du message: - OP AL ASAD - Journal d'un ethnologue - Background - IMPORTANT -

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    kontractors paintball team Index du Forum -> kontractors paintball team -> Calendrier Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com